mardi 19 février 2008

Le Lézard Noir : Edogawa Ranpo

Une mystérieuse femme en noir, une menace d'enlèvement de la fille d'un grand joaillier d'Osâka, l'étoile égyptienne (le plus gros diamant japonais) et la fin dans un musée des horreur. De rebondissements en rebondissements tous plus rocambolesques les une que les autres, le célèbre détective Akechi Kogoro part à la poursuite du Lézard Noir, une cambrioleuse dénommée ainsi à cause de son étrange tatouage qui semble prendre vie dès qu'elle bouge le bras...

Fan des grands maîtres occidentaux, Edogawa Ranpo a introduit dans la littérature japonaise le genre polar. Son pseudonyme est d'ailleurs un anagrame de la transcription en katakana d'Edgar Allan Poe, son auteur favori. Une femme fatale, des bijoux, un détective as du déguisement, des coups de théatre et des escamotages en série, on retrouve ainsi dans cette histoire toutes les ficelles de Maurice Leblanc et de Poe. Dans un style épuré très japonnais, un bon polar classique qui se lit tout seul.

Pour ceux qui ont lu le recueil de nouvelles "la chambre rouge", on retrouve dans ce roman un clin d'oeil à l'une de ses nouvelles.

Un autre avis de Yueyin...

5 commentaires:

ilmariel a dit…

C'est la 2e critique d'Edogawa que je lis venant de ta part et tu sembles l'avoir apprécier. Moi j'ai pris "La proie et l'ombre" pour le challenge ABC et je me demande vraiment si je vais aimer...

Loutarwen a dit…

Je n'ai toujours pas lu La chambre Rouge, mais comme il fait parti de mon challenge, j'ai prévu de le lire ce mois-ci. Mais celui-ci me tente plus...

Soïwatter a dit…

Des deux Edogawa, c'est quand même la chambre rouge que j'ai préféré. IL y a un côté malsain dans certaines nouvelles particulièrement jubilatoire que je n'ai pas retrouvé dans ce roman. Le lézard noir est un polar digne des grands maîtres du début du siècle... Je le conseille pour les amateurs de Poe et de Leblanc...

pom a dit…

j'avais l'impression de lire un vaudeville à l'asiatique, j'ai passé un bon moment , divertissant.

Soïwatter a dit…

@Pom : J'ai aussi bien aimé : divertissant comme tu dis... J'avais personnellement plutôt l'impression de lire un Leblanc (ce très cher Arsène)