mercredi 9 janvier 2008

Hamaguri : Aki Shimasaki

Après Tsubaki, voici le second tome du Poids des Secrets de Shimazaki. C'est l'histoire d'un secret qui pèse lourd sur une famille japonaise, pendant la seconde guerre mondiale. Et dans ce tome c'est à Yukio de nous livrer son histoire, tout en nous dévoilant d'autres secrets.

Hamaguri signifie palourde en japonais et comme dans le tome précédent, l'objet du titre a un lien affectif important avec le protagoniste de l'histoire. Hamaguri, c'est la palourde avec laquelle les jeunes japonais jouent à Kaïawase, un jeu consistant à reformer les deux coquilles qui constituaient le coquillage initial : toutes les palourdes ont l'air identiques, mais seules les deux parties du coquillage initial coïncident parfaitement. Tout le symbole du livre.

Histoire :
Yukio est un enfant sans père assez solitaire. Il n'a qu'un amie à Tokyo, Yukiko, qu'il croise au parc acompagnée de son père. Il ne sait pas que c'est sa demi-soeur. Ils dessinent des formes sur le sable et jouent à Kaïawase. Les deux petits enfants scellent un pacte de fidélité en inscrivant leurs noms à l'intérieur d'une palourde, comme un serment d'amour éternel. Mais sa mère se remarie et il doit partir vivre à Nagazaki. Il reste attaché à cette petit fille dont il ne connait pas le nom, mais il perd l'hamaguri. Devenus adolescents, ils se retrouvent à Nagasaki sans se reconnaître ; les sentiments qui les habitent désormais, qui les troublent profondément, leur seraient-ils interdits ? Aux dernières heures de sa vie, la mère de Yukio cherchera à ouvrir les yeux de son fils en lui remettant ce coquillage sorti du tiroir de l'oubli.

Commentaire :
Hamaguri est la même histoire d'amour impossible que Tsubaki, mais vu par les yeux de Yukio. On retrouve avec plaisir les personnages que l'on avait croisé dans le premier tome. On retouve aussi la plume d'Aki Shimazaki, simple et épurée mais qui sait parfaitement faire transparaître les émotions. C'est un roman intimiste. La sensibilité de Yukio, très attaché aux trois femmes qu'il a aimé, privilégie l'histoire personnelle aux réalités historiques, contrairement à Tsubaki.
Ainsi Tsubaki et Hamaguri sont deux romans totalement différents qui racontent la même histoire.

Dans ce tome, la réalité de la guerre est beaucoup moins présente et c'est seulement en quelques lignes que l'auteur nous parle de la bombe au profit de l'histoire d'amour et d'amitier entre deux jeunes gens qui igniorent qu'ils sont frères et soeur. Pour Yukio, le 9 août 1945 n'est pas le jour de la bombe mais le jour où il a perdu la femme qu'il aime.

Hamaguri est un roman très émouvant, qui vous gardera en haleine jusqu'à la dernière ligne... Et comme le premier tome, c'est un véritable coup de coeur.

Notez que sur la couverture à l'intérieur de la palourde, c'est le nom de Yukiko ゆきこ que l'on voit écrit en hiragana.


Pour d'autres critiques, allez voir les blogs de Loutarwen, Jules, Papillon et Nezumi...

9 commentaires:

Florinette a dit…

Cette série fait partie de ma liste à lire et je vois qu'il n'y a que des avis enthousiastes !

Soïwatter a dit…

La série est vraiement magnifique et je sens que le tome 3 ne va pas tarder à quitter les étagères de ma bibliothèque...

Loutarwen a dit…

J'ai adoré les deux premiers tomes et je vais commencé le troisième tome dès ce soir - c'est moi la 1 ère à le lire ;-)

Soïwatter a dit…

@Loutarwen: C'est quoi ces gamineries...

ilmariel a dit…

je n'ai que le premier tome. Mais je me promet d'acheter la suite dès que j'en aurait les moyens car j'ai adoré.

Michel a dit…

Attendre certe, mais tu as encore 2 ou 3 très bons livres devant toi

Katell a dit…

Une pentalogie d'anthologie! Un vrai régal!

Soïwatter a dit…

C'est vrai que c'est un régal. Tsubame m'attend déja dans ma bibliothèque

Nicolas a dit…

Pour ma part, il m'a pas mal ennuyé. J'avais pourtant adoré Tsubaki. J'ai trouvé Hamaguri mièvre, ennuyeux et lent. Bref, une déception.