lundi 24 novembre 2008

Also Sprach Zarathustra

Als Zarathustra dreissig Jahr alt war, verliess er seine Heimat und den See seiner Heimat und ging in das Gebirge. Hier genoss er seines Geistes und seiner Einsamkeit und wurde dessen zehn Jahr nicht müde. Endlich aber verwandelte sich sein Herz, - und eines Morgens stand er mit der Morgenröthe auf, trat vor die Sonne hin und sprach zu ihr also:



Also begann Zarathustra's Untergang.

Lorsque Zarathoustra eut atteint sa trentième année, il quitta sa patrie et le lac de sa patrie et s’en alla dans la montagne. Là il jouit de son esprit et de sa solitude et ne s’en lassa point durant dix années. Mais enfin son cœur se transforma, — et un matin, se levant avec l’aurore, il s’avança devant le soleil et lui parla ainsi [...] Ainsi commença la descente de Zarathoustra. (Le premier qui me parle de lion ou de cinéma file direct au coin... Puni! Et pas de Jukro au goûter...)

Comment mieux débuter ce thé que par un lever de soleil...

Troisième tome de la série des thés rouges que je découvre en ce moment, et certainement le plus exceptionnel. Il s'agit du Jukro du Palais des Thés, une petite merveille, un thé noir coréen, du comté littoral de Hadong, tout au sud de le Corée, et rien que cela mérite d'être souligné. En effet, la Corée produit essentiellement des thés verts, parfois compressés (Ddok Cha), extrêmement rares et essentiellement vendu sur le marché japonnais. Pour la petite histoire, le Jukro Cha a la réputation d'être une varitété spéciale de thés verts fait à partir des premiers théiers à avoir été historiquement planté en Corée. Et la version noir est réputée être le meilleur thé noir de Corée, entièrement récolté et transformé à l'ancienne.


Les feuilles sont noires, avec quelques reflets vert sombre. Elles sont légèrement torsadées, fines longues et très délicates. A l'odeur, après une petite note végétale, c'est du cacao et de la vanille plein le nez, et lorsqu'elles sont réchauffées, on croirait mettre son nez dans une boite de Van Houten, très chaud et aussi légèrement boisé. Une fois infusées, elles sont de couleur chocolat, et aux fortes notes cacaotées, chocolatées et vanillées s' ajoutent des notes de beurre, de lait et de crème, et une petite acidité fruitée.

La liqueur est relativement clair pour un thé rouge, de couleur orange doré. Des notes cacaotées puissantes et une douceur vanillée s'en dégagent. En bouche, le thé est très présent, très rond, avec une texture poudrée, on pourrait même y trouver une mâche qui rappelle un peu les thés des rochers ou les oolongs torréfiés. Et de la longueur à n'en plus finir. On s'en souvient le lendemain matin au réveil. La puissance aromatique est impressionnante, en comparaison, les autres thés noirs que je vous ait présenté me semblent fades et insipides. Du cacao à n'en plus finir (pas du chocolat, j'ai bien dit du cacao), une grande douceur de vanille et de crème fleurette chaude, presque de crème aux œufs maison. Par certains côtés, ça me rappelle les cuillères de Nesquick avalées à pleine cuillers (Ah! la jeunesse...). Sur la seconde infusion, des notes miellées, cirées et boisées apparaissent, et quelques notes de fruits, de prune peut-être? Et ce cacao qui reste en bouche pour des heures...

C'est tout simplement un thé exceptionnel, d'une puissance aromatique comme je n'en n'ai jamais rencontrées, sans aucune mesure, une chaleur extrême, réconfortante, de la gourmandise à l'état pur... Une merveille...

En passant, une photo des touts premiers gâteaux de Noël, cette année on a commencé par des butterbredla et des Zimtsternla (mais pas en forme d'étoile), et j'ai Célia a enfourné des Schokolàkegala (boule au chocolat)... Un délice...

5 commentaires:

T.alain a dit…

-j'en reste coi
il ne me reste + qu'a me l'offrir

T.alain a dit…

C'est marrant à deux jours d'intervalle Matt et toi avez gouté le MEME thé.Mais vous ne l'avez pas acheté au même endroit...

Anais a dit…

récit très sympa :) on est vraiment transporté.

Soïwatter a dit…

@Alain: Enfin de retour! Ces quelques semaines loin de mes thés adorés et de mes théières chéries ont été vraiment dur. Il va falloir que je passe place MOnge pour rattraper ça!

C'est vrai que c'est surprenant, les grands esprits se rencontrent... Et j'aurais bien aimé pouvoir me l'acheter là où Matt l'a fait (je rêve d'une petite promenade sur les flancs de Jiri-san, au milieu des théiers). Peut-être un jour on m'y enverra en déplacement. Comme tu le sais, j'ai mes entrées maintenant, si tu veux te l'offrir.

Tu as vu, Matt a découvert un autre hong cha de Jiri-San. C'est vraiment dommage que les productions coréennes ne sont pas en vente en France.

@Anaïs: Merci... Avec un tel thé, la poésie vient d'elle même. C'est lui qui nous transporte, encore plus que beaucoup d'autres thés.
A propos, beau boulot pour les cartes, enfin fini à ce que je viens de voir. Quel est le prochain projet?

valerie a dit…

Je suis allée à Hadong fin avril, avant le festival du Thé de Hadong. J'ai acheté plusieurs types de thé de Hadong, du plus luxueux (la nouvelle récolte qui n'était pas encore sur le marché et qu'on m'a sortie de la réserve)au plus simple (celui acheté à la pelle au marché de Hwagae) en passant par la poudre de thé pour mes crêmes brulées, yaourts et green tea latte de l'après midi. Ce thé, même les feuilles les plus simples est une merveille hélas peu connue. Je vais aller tester celui du palais des thés, en espérant qu'il sera vraiment à la hauteur. Sinon je vais essayer de m'en faire envoyer par www.dongcheontea.com car je suis à l'avant dernère boîte de thé, et j'ai une angoisse terrible, surtout que mes cornflakes au thé vert coréen sont aussi presque finis !